"Expériences et raisonnements sur la prévoyance des réactions et des décisions" [Privé Jack Volfcan][Rp d'information][fini]

Aller en bas

"Expériences et raisonnements sur la prévoyance des réactions et des décisions" [Privé Jack Volfcan][Rp d'information][fini]

Message par Invité le Mer 9 Juin - 17:56

Je ne cesserais jamais d'impliquer le facteur aléatoire dans toutes mes expériences. C'est une évidence même. Le rendement d'une réaction chimique par exemple: il se calcule avec le rapport entre la quantité de produit obtenue réellement et la quantité que l'on peut, théoriquement, avoir en supposant l'avancement maximal de la réaction. Malgré toutes les dispositions et toutes les précautions prises, le rendement ne sera pas optimal et n'avoisinera que dans de rares occasions, la valeur symbolique de 100%.

En renouvelant dans les mêmes circonstances l'expérience précédente, le rendement ne sera là encore pas optimal mais, il sera également différent de sa précédente valeur. Ce nouveau paramètre qui modifie le rendement est le facteur aléatoire. Je préfère ce terme à celui de facteur chance, qui me semble scientifiquement hors de propos. La chance ne se calcule pas. L'aléatoire également mais, il peut se prévoir.

Élargissons ce facteur aléatoire aux êtres vivants. Le cerveau des êtres vivants est constamment soumit à des messages de nature électrique et de nature chimique. Nos décisions sont prises par l'intermédiaire de ces messages. Ils sont ensuite traités par une région du cerveau. Enfin, les réactions chimiques au niveau du cortex, même infimes et éphémères, peuvent être réduite à des bilans de réaction. Nous pouvons obtenir un rendement à partir de ces bilans. Avec la prévoyance du facteur aléatoire, il serait ainsi possible de prévoir... la décision avant qu'elle ne soit exécutée. Nous pourrions être en mesure de prévoir les réactions et les décisions quelques secondes avant qu'elles ne soient effectives. Tout cela avec la connaissance des molécules impliquées dans la réaction chimique, le modèle génétique du sujet et la prévoyance du facteur aléatoire.

Quelques expériences suffiraient pour récolter ces deux premières informations. Pour ce qui est du facteur aléatoire, j'ai déjà plusieurs études sur le sujet. Le seul petit obstacle qui subsiste encore, c'est l'être vivant en lui-même. Quelques secondes pourraient ne pas être suffisantes pour anticiper la réaction, car le regroupement de ces données prend plusieurs jours. Les réflexes ne peuvent pas non plus être pris en compte. Il est donc possible de prévoir et d'anticiper les réactions et les décisions des êtres vivants mais, ce n'est pas encore accessible au niveau humain à son stade de l'évolution. L'échéance approche. Mes travaux serviront sûrement d'autres êtres intelligents.
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum